Sculpture sur bois



La technique pour réaliser un ouvrage en bois est la suivante:
Pour commencer, l'on part d’un dessin de Lama Kunkyab ou du peintre Norbou. Un motif destiné à la sculpture est généralement plus simple qu’un motif destiné à être peint, car les détails fins sont assez difficiles à reporter en volume sur une pièce de bois.
L’apprentissage de la sculpture commence par une bonne appréhension du dessin. Aussi, il est important de bien étudier celui-ci, quitte à le reproduire plusieurs fois, pour bien en comprendre le mouvement avant de l’appliquer au volume. 
Lorsque le dessin est bien compris, on choisit le matériau qui servira de support à l’ornement.
On reproduit alors le dessin sur le bois à l’aide d’un poncif, puis on commence à le sculpter. D’abord, on " creuse les fonds ", c’est-à-dire qu’on cherche le niveau le plus profond (où le bois est le plus creusé) et l’on définit la forme générale avant d’affiner petit à petit les détails. L’idée est d’aller du plus grossier au plus détaillé.

Cet atelier est très bien équipé au niveau outillage et matériel.
Par exemple, Sylvain et Vincent ont réalisé une portion de Péma Tcheutsé, une frise ornementale représentant des pétales de lotus surmontés d’un assemblage de petits cubes en disposition pyramidale. Les cubes sont découpés à la scie à champ tourné puis assemblés, tandis que les pétales de lotus sont sculptés sur une pièce de bois en quart de cylindre. Cet élément est traditionnel dans la décoration des temples tibétains. De cette pièce originale, qui fait un mètre de long, sera fait un moulage à partir duquel on fabriquera les staffs (moulures en plâtre) qui encadreront les portes et les fenêtres du Grand Temple ainsi que les niches des Bouddhas du grand temple.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :